samedi 3 septembre 2016

SMP S3

S3









Interprétation de l’expérience de diffraction
Dans une première étape, la géométrie et les symétries du réseau cristallin sont élucidées à partir de la position et de l’intensité des taches de diffraction. L’étape suivante consiste à retrouver les « phases » associées à ces intensités, qui ont été perdues lors de l’expérience de diffraction
mais peuvent être récupérées par des méthodes statistiques. Enfin, des techniques d’affinement et de transformation de Fourier (fonction mathématique) permettent de déterminer la position exacte des atomes et de reconstituer l’ensemble de la structure du cristal


Diffractogramme et réseau réciproque
L’ensemble des ondes diffractées, enregistrées autrefois sur plaques photographiques et aujourd’hui sur détecteur CCD ou CMOS, forme le diffractogramme. Il permet de construire le réseau réciproque qui est une représentation « à l’envers » du réseau régulier du cristal: ce qui est petit devient grand, et inversement. Par exemple, des plans atomiques serrés dans le cristal donnent naissance à des taches éloignées de l’origine sur le diffractogramme