jeudi 2 mars 2017

Géodynamique externe

L’imagerie et les mesures satellitaires fournissent, en continu, des quantités considérables de données qui permettent à la communauté scientifique de quantifier et de modéliser les déplacements des plaques, mais aussi des masses d’eau et d’air des enveloppes fluides externes, l’hydrosphère et l’atmosphère. Mais les progrès les plus récents et souvent décisifs, sont désormais obtenus à travers la prise en compte et l’analyse des couplages existant entre géodynamique interne des enveloppes solides, géodynamique externe des enveloppes fluides

Cours de Géodynamique externe 





PROGRAMME DE TRAVAUX PRATIQUES
Les travaux pratiques de sciences de la Terre permettent de construire les démonstrations du cours à partir d'observations (cartes, photographies, échantillons,...), ainsi que des acquis des deux stages sur le terrain. Ils mettront en évidence les différences de taille et de nature des objets en sciences de la Terre. 

Les documents montrent la diversité des méthodes utilisées et la complémentarité des informations obtenues. Ces travaux pratiques s'attachent également à intégrer les résultats acquis en physique et en chimie à l'étude du globe terrestre. Les séances consacrées à l'étude de grandes structures géologiques permettent de confronter toutes ces observations et de dégager les caractéristiques géodynamiques, géophysiques, magmatiques et sédimentologiques de ces structures.

Des observations directes du manteau
Il est aussi possible d’échantillonner de telles roches en domaine continental, principalement dans les séries ophiolitiques (associations pétrographiques interprétées comme des morceaux de lithosphère océanique « échoués » sur la lithosphère continentale). 
C’est par exemple le cas en Oman, où la péridotite couvre des surfaces importantes à l’affleurement, ou à plus petite échelle dans les Alpes (série du Chenaillet, massif du Lanzo, chapitre 12). D’autres affleurements exposent parfois des péridotites en dehors des contextes géodynamiques précédents ; c’est le cas de la péridotite visible autour de l’étang de Lhers (Pyrénées ariégeoises) dont dérive le terme de lherzolithe.