Breaking News

résumé d'immunologie

résumé d'immunologie
L’immunologie progresse rapidement et, dans cette troisième édition, les lecteurs feront connaissance avec ces notions nouvelles que sont les lymphocytes T auxiliaires dits TH17 et les T régulateurs, et percevront mieux le rôle central des cellules dendritiques. Il importait dès lors d’offrir aux étudiants francophones cette nouvelle version, publiée quasi simultanément avec la troisième édition anglaise.

résumé d'immunologie cliquez ici



infections et d’éradiquer les infections déclarées
ce qui constitue le cadre principal dans lequel les réponses immunitaires seront abordées dans cet ouvrage. L’importance du système immunitaire pour la santé apparaît de façon dramatique chez les personnes qui, présentant un déficit des réponses immunitaires, sont sensibles à des infections graves menaçant souvent le pronostic vital (figure 1.1). 

À l’inverse, la stimulation des réponses immunitaires contre les microbes par la vaccination constitue la méthode la plus efficace pour protéger les individus contre les infections, et c’est précisément cette approche qui a permis, par exemple, l’éradication mondiale de la variole (figure 1.2). L’apparition du syndrome d’immunodéficience acquise (sida) au cours des années 1980 a tragiquement mis en évidence l’importance du système immunitaire pour la défense des individus contre les infections. Toutefois, 

l’impact de l’immunologie s’étend bien au-delà des maladies infectieuses (figure 1.1). La réponse immunitaire constitue le principal obstacle au succès des transplantations d’organes, un mode de traitement utilisé de plus en plus souvent en cas de dysfonctionnements d’organes. Différentes tentatives pour traiter les cancers en stimulant les réponses immunitaires contre les cellules cancéreuses sont actuellement à l’étude pour de nombreuses pathologies malignes affectant l’homme.

Immunité naturelle et acquise 
Les mécanismes de défense de l’hôte se composent d’une immunité naturelle, responsable de la protection initiale contre les infections, et de l’immunité adaptative, qui se développe plus lentement et met en œuvre une défense tardive et plus efficace contre les infections (figure 1.3). Le terme d’immunité innée (également appelée immunité naturelle ou native) fait référence au fait que ce type de défense développé par l’hôte est toujours présent chez les individus sains, 

prêt à bloquer l’entrée des microbes et à éliminer rapidement ceux qui ont réussi à pénétrer dans les tissus de l’hôte. L’immunité adaptative (également appelée immunité acquise ou spécifique) est le type de défense qui est stimulé par les microbes qui envahissent les tissus, c’est-à-dire qu’elle s’adapte à la présence des micro-organismes invasifs

Aucun commentaire