Breaking News

physiologie animale cours

cours physiologie animale

les cellules excitable et les potentiels membranaire  cliquez ici
Les recepteurs sensoriels cliquez ici
Les interactions neuronales cliquez ici
Descriminations sensorielles cliquez ici
Niveaux de complexité cliquez ici
La sensation une fonction de la réception et de la psychophysique cliquez ici


Système nerveux central et Organes des sens
Les afférences inhibitrices ou excitatrices au niveau des synapses servent par exemple à « contraster » une information pendant son trajet vers le SNC (D et cf. p. 312) ; pour cela, des informations véhiculées par les fibres voisines sont atténuées : inhibition latérale. Objectivement, la transformation des stimuli sensoriels peut être représentée, au fur et à mesure de leur intégration dans le SNC, par l'enregistrement des potentiels cellulaires. 

Cependant, le passage de l'information au niveau conscient ne peut être apprécié que subjectivement. En premier lieu, nous sommes capables de décrire des impressions sensorielles et des sensations, L'expérience et le raisonnement permettent d'interpréter l'événement et, par suite, de le reconnaître. Les figures d'un puzzle montrent qu'un seul et même individu peut ressentir (interpréter) la même impression sensorielle de différentes manières. Les autres concepts importants en physiologie sensorielle

un système ouvert avec un milieu interne
La vie dans sa plus simple expression est parfaitement illustrée par l'exemple d'un organisme unicellulaire. Afin de survivre, l'organisme, même le plus rudimentaire, doit faire face à des exigences apparemment opposées. D'une part, il doit se protéger des perturbations de l'environnement, d'autre part, comme tout système ouvert (cf. p. 19 et suiv.) 

il est dépendant des échanges de chaleur, d'oxygène, de nutriments, de déchets et d'information avec son environnement. Le rôle de défense est principalement dévolu à la membrane cellulaire, dont les propriétés hydrophobes empêchent le mélange létal des constituants hydrophiles du milieu intracellulaire avec ceux du milieu extracellulaire.

Traitement du stimulus visuel
Cette réaction antagoniste du centre et de la périphérie du champ récepteur accroît le contraste du stimulus. Au niveau d'une frontière clair-obscur, la partie sombre sera perçue plus sombre alors que la partie claire paraîtra plus claire. Un cercle uniformément gris apparaîtra plus sombre sur une plage blanche et plus clair sur une plage sombre (contraste simultané ; C, à gauche). Si l'on regarde les grilles noir/blanc, blanc/noir (C, à droite), 

les zones d'intersection de la grille blanche paraîtront plus sombres alors que celles de la grille noire paraîtront plus claires. Cette illusion est due à un moindre contraste en ces points, et peut être expliquée par le calcul de la somme algébrique des excitations à l'intérieur du champ récepteur (C, au milieu)