Breaking News

cours Architecture des Ordinateurs

L’informatique (de information et automatique) est la « … science du traitement rationnel (fondée sur la raison, conforme au bon sens, qui est avec certitude, fondée sur des calculs logiques), notamment à l’aide de machines automatiques, de l’information considérée comme le support des connaissances et des communications … ».

Architecture des oodinateurs : 
Partie 1 cliquez ici
Partie 2 cliquez ici
Exercices 1 cliquez ici
Architecture des Ordinateurs cliquez ici
Cours Architecture: cliquez ici




ETUDE DE QUELQUES ENCODAGES ET CODES COURANTS
La terminologie de « code » est à considérer selon différents points de vue. En effet, on peut distinguer l’encodage, qui consiste à faire correspondre à un signal logique 0 ou 1 un signal électrique ou une transition de niveau (passage d’un niveau haut à un niveau bas par exemple), du code proprement dit, qui consiste à élaborer une combinaison binaire évitant, par exemple, les longues suites de 0 ou de 1 (embrouillage) ou ajoutant aux bits de données des bits supplémentaires destinés à en contrôler la bonne transmission. 

Dans la pratique les termes sont souvent confondus. C’est ainsi qu’on parlera de code NRZI alors qu’on devrait plutôt parler d’encodage. Observons ces principes de fonctionnement de plus près. On distingue trois « familles » de codage. Certains codages fonctionnent en binaire, code NRZ, Manchester, …, d’autres sont dits à Haute Densité Binaire ou HDB (High Density Bipolar) tel que HDB3, d’autres enfin fonctionnent par substitution de séries binaire adaptées aux mot binaires à émettre (c’est le cas de 4B5B ou 8B10B).

Les architectures funéraires et le Mégalithisme 
Les différents aspects développés jusqu’ici à propos du Mégalithisme de la région de Carnac témoignent de la richesse des enseignements qu’il est possible d’obtenir à partir de l’étude de son expression la plus emblématique, 

celle présentée par les alignements. Ainsi, à travers l’historique des recherches et parallèlement à la multiplication des questions que provoque le franchissement de chaque nouvelle étape dans la connaissance de ces agencements de pierres, apparaissent à la fois la diversité et la complexité des manifestations culturelles comprises sous le terme générique de « Mégalithisme ».

L’encodage MLT-3
MLT-3 encode chaque bit par la présence ou l’absence de transition, exactement comme en NRZI. Ce qui change avec MLT-3 c’est que le signal de base est une succession d’alternances entre trois états fondamentaux. Plutôt qu’une simple alternance à deux états entre 0 et 1, comme dans l’encodage Manchester et NRZI, MLT-3 alterne d’un état -1 à un état 0 puis passe à un état +1, 

retourne à un état 0, puis à un état -1 et le processus reprend. Un 0 logique est encodé comme une rupture de ce processus d’alternance. En fait, avec MLT-3, le 0 « suspend la vague » alors que le 1 la « remet en service ».